Home Staging Déco dans l'émission tous ensemble pour Emptinne sur TF1

Sabine de Moerloose est responsable de la décoration du chantier de l'émission Tous Ensemble, présentée par Marc-Emmanuel sur TF1, qui a été réalisée à Emptinne, en province de Namur, en Belgique.

Le but était de venir en aide à une famille dont la maison n'a pu être terminée par l'entrepreneur s'occupant des travaux, en plus, celle-ci a énormément souffert suite au passage d'une tempête.

La diffusion de Tous Ensemble pour Emptinne a eu lieu la samedi 21 septembre à 17h50 sur TF1.

A titre personnel, l'émission Tous Ensemble est une expérience incomparable. La solidarité qui s'est manifestée sur ce premier chantier belge à Emptinne ne peut laisser indifférent.

Pour tout ceux qui n'auraient pas eu l'occasion de voir l'émission, nous vous invitons à la visionner ci-dessous. Sabine apparaît à partir de 25:38.

Pour éviter les publicités intempestives, nous vous recommandons l'installation du plugin Firefox AdBlock Plus.






Ci-dessous l'interview de Marc-Emmanuel, présentateur de l'émission "Tous Ensemble" parue dans le Ciné-Télé-Revue du 14 septembre.



"Tous ensemble", l'émission de solidarité de TF1, est venue à la rescousse d'une famille belge d'Emptinne. Muriel, Jean-Luc et leurs enfants ont pu compter sur l'aide de 1600 bénévoles et, bien sûr, sur celle de Marc-Emmanuel.

C'était en juin dernier. Pour la première fois les caméras de "Tous ensemble" s'installaient en Belgique, dans la province de Namur, pour un chantier qui devait durer plusieurs semaines. Au fond du gouffre, étranglés par les dettes, Muriel et Jean-Luc Léonard n'étaient plus en mesure de poursuivre les travaux dans leur maison d'Emptinne (commune de Hamois), en partie détruite par une tempête. Ils ont alors décidé de faire appel à l'équipe de Marc-Emmanuel, qui, avec l'enthousiasme qu'on lui connaît, a sollicité toutes les bonnes âmes de la région. Pendant trois semaines, plus de 1600 bénévoles se sont activés pour remettre entièrement à neuf la vieille bâtisse de pierres. Mission accomplie ! Aujourd'hui, Muriel, Jean-Luc et leurs deux petits bouts, Sacha, 9 ans, et Noé, 4 ans, ont un toit au-dessus de leur tête. Marc-Emmanuel nous raconte cette grande épopée humaine...


La famille Léonard était-elle dans une situation plus que critique ?

Carrément ! Muriel a subi plusieurs opérations. Elle a eu de gros soucis après la naissance de son deuxième enfant. Jean-Luc, le papa, a dû lever le pied pour l'accompagner au quotidien. Depuis quatre ans, Muriel doit restée allongée vingt heures par jour. Quatre mois plus tard, leur maison est frappée par un violent ouragan. Les dégâts sont importants. Ils choisissent un entrepreneur, mais hélas, la suite, on la connaît. Ils n'avaient plus les moyen de s'en sortir.


Pourquoi avoir aidé une famille belge ?

Etant né à deux pas de la frontière, je connais la générosité des Belges. J'étais persuadé que l'on pouvait faire quelque chose d'extraordinaire ici. C'est aussi une façon de rendre hommage aux milliers de téléspectateurs qui m'écrivent.


Vous recevez beaucoup de demandes venant de notre pays

Énormément ! Cela a pris un peu de temps car il a fallu que TF1 valide l'idée. Ils ont accepté car j'avais à cœur de venir chez vous. Hélas, on ne peut pas aider tout le monde.


En ces temps de crise, une émission comme le vôtre doit être énormément sollicitée...

C'est vrai, nous avons un nombre croissant de demandes. Là, je suis en Belgique, puis je retourne en France, et enfin en Suisse. C'est mon agenda. Ce qui ne me laisse pas de place pour une vie de famille. Ma maison, ma loge, c'est mon véhicule, l'avion et l'hôtel. D'ailleurs j'ai souvent dormi dans ma voiture. Je m'y change également. Je suis un peu saltimbanque, comme la marraine de l'émission, Annie Cordy. Mais quel bonheur de pouvoir se rendre utile.


Comment se prépare une émission de "Tous ensemble" ?

Une équipe à Paris règle tous les détails avant mon arrivée dans les différentes régions. On alerte les réseaux sociaux et les groupements d'entrepreneurs afin de les prévenir que j'aurai besoin d'eux. Ensuite, tout est lancé via la presse locale. On monte au créneau pour informer le gens et les inciter à secourir une famille. Ensuite, nous leur fixons un rendez-vous.


Est-il facile de mobiliser les gens ?

En France, nous avons 18 millions de bénévoles ! Cela montre bien la valeur de la solidarité. Maintenant, il est clair que c'est plus facile de mobiliser les volontaires depuis que l'émission est connue. En Belgique, c'est le record absolu : plus de 1600 personnes ont répondu présent ! Et 167 pros du bâtiment (dont Home Staging Déco pour la décoration d'intérieur). En rentrant dans la salle de Natoye, je me suis dit: "Wouah ! Ils assurent, le Belges !" J'ai été touché en plein cœur. Tout cela me porte car le rythme de travail est rude.


Comment faites-vous pour vérifier que ces familles sont bien dans le besoin ?

Nous ne vivons pas au pays des Bisounours et il est arrivé que des gens fassent téléphoner leurs enfants pour jouer sur la corde sensible. Une équipe vérifie point par point l'histoire de la famille choisie. Je suis tenu informé de tous les éléments.


Finalement, vous êtes souvent dans l'impro !

Oui, et c'est voulu. Nous ne préparons pas trop l'émission en amont, pour que je puisse garder cette spontanéité dans mes réactions et mon comportement. Trois jours avant le tournage, je ne sais pas qui je vais avoir en face de moi. je ne connais ni l'énergie que les artisans vont déployer pour m'épauler ni les problèmes auxquels on n'avait pas pensé.


Vous arrive-t-il de douter ?

Bien sûr. Des galères nous arrivent très souvent. Mais cela me motive pour aller au bout. S'il le faut, nous prenons quelques semaines se plus. Nous voulons réparer les dégâts afin qu'une famille rentre chez elle. C'est notre priorité. Je ne suis pas là pour faire une maison-témoin. Bien sûr, si nous avons beaucoup de matériaux, nous pouvons faire plus dans l'aménagement, comme un jardin avec une fontaine ou installer une seconde salle de bain, mais ce n'est pas le but premier. Le plus important, c'est de parer au plus urgent.


Qui êtes-vous, Marc-Emmanuel, une fois les caméras éteintes ?

Je suis comme tout le monde. Je n'ai aucune vie de famille actuellement, mais venir en aide aux gens donne un sens à mon existence. Est-ce qu'il faut avoir été touché dans sa chair pour être à l'écoute des autres ? Je n'en sais rien. J'ai cette capacité de donner. Et ceci indépendamment de la télévision. J'épaule mes amis qui ne vont pas bien, je suis celui qui donne un coup de main pour les déménagements. "Tous ensemble" me permet de décupler cette énergie.


Votre plus grande fierté serait...

Que cet élan de générosité et de partage dure longtemps. Que l'aventure "Tous ensemble" existe aussi sans Marc-Emmanuel...

Ciné-Télé-Revue - N°37 - Septembre 2013
Texte: Marc Ducharlier